Février 2018
Je décrète l’état de bonheur permanent.

2018, année de la contestation ! Mai 68 a 50 ans ! Bon, on ne va pas tout casser pour fêter ça, mais tout au long de cette saison, avec les lieux culturels de la ville de Bruxelles, nous profiterons des différents événements culturels : expos, spectacles, festivals pour questionner et interroger notre mémoire de cette chronique révolutionnaire et qui sait bousculer nos consciences !

Je suis venu, j’ai vu, j’ai cru.

Février est le mois de la contestation par excellence, d’abord parce qu’il est plus court et change tout le temps, puis c’est le mois de la fête des fous, du Carnaval !

L’ennui est contre-révolutionnaire.

Pour contrer l’ennui, vous pourrez donc encore pendant quelques jours applaudir « Orgasme et Violon » et découvrir « Pater ».

Aux Riches-Claires, nous allons faire un saut dans le temps, réanimer le cœur du théâtre d’après guerre et redonner vie à Louis Jouvet. « Elvire Jouvet 40 » nous plonge dans les coulisses du cours du maître ! Un instant de théâtre fort, universel et intemporel !

Tout enseignant est enseigné. Tout enseigné est enseignant.

Et comme Février est un mois absurde, il était indispensable de donner la parole à Jean-Michel Ribes dans « Sans m’en apercevoir », un bijou de non-sens qui n’en manque pas, de sens ! Sans oublier « Tronches de vie » de Vincent Pagé.

Un mois fort et désopilant.

Et puis vient le moment de faire les bilans de 2017. Avec toute l’équipe des Riches-Claires, nous voulions vous remercier, vous les 32.000 spectateurs qui êtes venus applaudir les 37 spectacles, vibrer avec les 137 artistes lors des 261 représentations de cette année.
Et ce 31 décembre, vous étiez 563 pour fêter l’an neuf avec nous.

Cette année 2018 ne peut donc être que décoiffante et revigorante !

Au plaisir de vous accueillir !

Nous sommes tous des indésirables.

Eric De Staercke, pour l’équipe des Riches-Claires,

Les rues de Bruxelles ne sont plus sûres, le soir quand je quitte les Riches-Claires, j’ai peur de croiser Théo Francken. Pour le reste, j’adore cette ville et ses habitants.Eric De Staercke


Dernières nouvelles

Nos partenaires