Spare Ribes

1 février 2018 | Sans m'en apercevoir

Chez Ribes, la réalité dévie, l’imagination prend le dessus, le quotidien banal devient drôle, et surtout absurde.

Et si de cette absurdité, émergeait un semblant de justesse, voire de justice dans ce monde qui ne tourne pas rond ? Les mots de Ribes fusent à tout va, ils foutent le feu à la normalité trop normale. On rit parce que les situations virent loufoques, on rit parce que les personnages sont mûs par une logique illogique, qui leur donne parfois l’envie de chanter, ou parfois l’envie de hurler… sans s’en apercevoir. Mais avec Ribes, même la tragédie tourne au comique. L’humour, c’est son arme ultime, son bouclier contre la connerie universelle... Mieux vaut être un pessimiste drôle qu’un optimiste tout à fait sérieux !

Dans ce spectacle, vous pourrez notamment voir un client instiller le doute métaphysique dans la tête de son coiffeur, des visiteurs perplexes déambuler dans les couloirs de la culture, une passe d’armes entre deux frères qui ne se ressemblent guère, l’éclatement d’un couple après une mortelle soirée au théâtre. 

Le point commun ? L’humour et l’absurdité des situations de ces scènes drôles, cruelles, décalées, pertinentes, et loufoques. Mais derrière les répliques éclatantes, c’est bien un miroir de nous-même que Ribes nous tend. Un miroir qui déforme la réalité et s’amuse à la rendre encore plus folle. Quelles décisions irrationnelles nous poussent à nous détruire ? Ne sommes-nous pas prisonniers de nos préjugés, de nos peurs ? Peur de l’autre, de l’inconnu, ou encore peur du changement ? Peur de nos désirs, figés que nous sommes dans l’étau des convenances. 

C’est de tout cela qu’il s’agit quand on plonge dans l’univers de Ribes…

Sur Scène,
vous verrez…

Image
Valéry Bendjilali

Né à Bruxelles en 1973, d’un papa algérien et d’une mère française, il parle le français couramment, le néerlandais et l’anglais avec moins d’aisance, mais quand même. Comédien, chanteur, auteur et compositeur, il sort diplômé du Conservatoire Royal de Bruxelles en 1995. Il a joué dans des mises en scène de Pascale Van der Zypen, Christian Dalimier, Jacques Neefs, André Debaar, Michel Guillou, tant dans des pièces de Marivaux, que de Shakespeare, de Molière, de Feydeau, et de Ribes.

Image
Marc de Roy

Premier Prix d’Art Dramatique et de Déclamation au Conservatoire Royal de Bruxelles, Belgique (1987). Comédien, metteur en scène, auteur-compositeur-interprète de chansons françaises. Comédien aux Théâtre des Galeries, il joue dans plusieurs éditions de Ia Revue mais aussi dans le répertoire classique et dans des pièces policières. Il a mis en scène quelques spectacles à La Soupape, La Samaritaine, Le Jardin de ma Sœur, le Festival de Spa. Il chante ses propres chansons dans des cafés-théâtre comme la Samaritaine.