Sur la route de soi-même…

1 janvier 2016 | article, en profondeur, roda

On the Road… A, un seul en scène oscillant entre humour et confessions tendres, sur la recherche identitaire et la rencontre de soi.

Les identités meurtrières, un livre détonateur pour Roda Fawaz, un livre duquel est né un désir ; celui d’aborder une notion universelle et intemporelle qui soulève tant de passions dans le débat sociétal, culturel, mais aussi philosophique : l’identité. Loin des considérations sociales du « vivre-ensemble » et des pièges politiques, Roda a souhaité lui donner une approche plus personnelle, plus humaine – plus intime.
Au-delà de la question des origines, ce spectacle défend une complexité identitaire propre à la sensibilité de chacun : un être ne se réduit pas à un pays, à une inclinaison politique ou sexuelle, ou plutôt il est la somme de toutes ces choses.
Ce n’est que progressivement que le sujet s’est imposé à lui. Probablement parce qu’il est d’origine libanaise, qu’il est né au Maroc, qu’il a grandi en Guinée, et qu’il a la nationalité belge ! Pourtant, l’identité n’a longtemps été pour lui qu’un bruit qui court, juste une racine qui le tient, sans l’amarrer.

C’est notre regard qui enferme souvent les autres dans leurs plus étroites appartenances, et c’est notre regard aussi qui peut les libérer.Les identités meurtrières, Amin Maalouf

Une partie de ses racines pousse au Levant, il a le sentiment qu’il devrait tirer un peu de ce côté pour approcher son identité, pour mieux comprendre qui il est, d’où il vient… Mais il n’a pas la sensation d’en avoir besoin. Ou tout du moins, l’envie n’y est pas.
C’est ce dilemme que Roda essaie de dénouer à travers ce spectacle. La question de l’identité est complexe, et un rattachement à son pays d’origine ou d’accueil, ne suffit pas à y répondre. Il n’en reste pas moins que où qu’il soit, quoi qu’il fasse, l’identité court décidément vite, et le rattrape toujours.
Par les rencontres qu’il va faire, par les aventures qu’il va vivre, le personnage qui évolue sur scène ressemble furieusement à son auteur. Il entame une introspection identitaire. Confronté à ses préjugés, et aux préjugés, il va à la rencontre de lui-même.
Ce projet s’adresse à tous, quelles que soient les origines. Quelles que soient les générations aussi ; celles perdues dans la guerre, celles perdues dans l’exil, et celles des Roda, qui peinent à trouver leur place. Accepter d’où l’on vient, c’est peut-être s’accepter un peu…

Aller plus loin

Conseil de lecture

Les identités meurtrières

Amin Maalouf

En savoir plus