Petit bréviaire à l’usage de ceux qui doivent quitter le territoire

5 novembre 2015 | article, charge déraisonnable, Divers

1

Dès que vous prenez connaissance de votre expulsion la première chose à faire c’est de… RESPIRER ;

2

Ne communiquez pas vos angoisses à vos proches, car ils vont vous faire des questions du genre « qu’est-ce que tu as fait ? » ou « qu’est-ce que tu vas faire ? »  Pire, dans le cas où vous auriez un enfant,  il vous dira : « Qu’est-ce qu’on a fait ? ».  Comme vous n’aurez pas de réponses immédiates à ses questions, mieux vaut les éviter… ;

3

Allez voir un bon juriste pour qu’il vous explique ce qui vous arrive et qu’il  vous confirme que ce n’est pas une blague, ni de la science-fiction ;

4

Achetez-vous un stock des mouchoirs. Votre quotidien va subir des changements professionnels / économiques / énergétiques / diététiques, et il y a franchement de quoi pleurer un bon coup 

5

Organisez bien votre bataille ; ne restez pas  seuls dans votre merde. Cherchez des complices. Même si la situation est grave, essayez  de ne pas trop l’être avec vos proches. Tout d’abord misez sur vos amis indigènes. Et si vous n’en avez pas, c’est le moment de s’y mettre. Allez en chercher devant les friteries, aux comptoirs, au bureau de votre commune… Mais privilégiez des gens qui ont des connaissances dans les matières qui vous occupent (juristes, avocats, un oncle qui a travaillé il y a quinze ans à l’Office des Etrangers, ou un beau- père ministre si vous en avez un).