Fiche descriptive : syndrome de Walt

Sebarticle, en profondeur, waltLeave a Comment

Vous attendez encore votre Prince Charmant ?
Vous croyez au happy-end ?
Vous n’aimez pas les méchants ?
Vous pourriez être atteint du syndrome de Walt.
Pas de panique, ça se soigne.

Symptômes

  • « Le monde est rempli de gens beaux et gentils. Mais parfois, certains sont méchants. Je n’aime pas ces individus. » Ce type de pensée est récidivant chez les patients.
  • Un idéal masculin ou féminin ne quitte pas votre esprit : grand, beau, fort et courageux, le Prince Charmant n’attend que vous. Belle, mince, passive et prête à se jeter dans vos bras, la Princesse se languit de votre absence.
  • L’idée solide que votre vie se finira forcément bien. Quelqu’un viendra vous sauver si vous êtes en danger, endetté, ou juste paumé. Donc, pas de quoi s’inquiéter, au final.
  • Vous avez vu les films de Walt Disney 37,8 fois chacun, en moyenne. Pourquoi pas 38 ? Vous ne vous en rappelez pas, mais ça vous turlupine. Vous aimez les intrigues de complexité limitée.

Traitements

  • Une cure de 20 jours de films d’horreur, à raison d’un par jour. Augmentez la dose progressivement. Votre médecin pourrait également vous orienter vers du cinéma d’auteur serbo-hongrois de 1956 ou des films de guerre. À évaluer en fonction de vos antécédents cardiaques.
  • Une soirée « Fantasia ». Vous avez vu tous les Disney, mais celui-ci semble visiblement vous échapper…
  • Un rendez-vous lecture deux fois par semaine. Au menu, les contes originaux. Un par un. Tous ceux qui ont inspiré le grand Walt.
  • Une soirée avec votre oncle, son ex-femme et vos cousines éloignées. Une plongée dans la réalité de la vie, et ses obstacles. Inutile de discuter, écoutez-les, simplement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *